Le forum du site www.roseicollis.info - Pour tout savoir sur les inséparables Agapornis
 

Partagez | 
 

 Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Jeu 24 Mar 2011, 15:33

Le débat sur le taillage des ailes a déjà été abordé à maintes reprises et souvent il va de pair avec le débat sur l'EAM. Ce qui donne parfois lieu à des opinions enflammées de part et d'autre.

D'un côté, les opposants au taillage des ailles et à l'EAM dénonceront l'aspect commercial et mercantile de telles pratiques (jugées cruelles et inutiles), alors que ceux qui y sont favorables feront valoir que la sécurité, l'apprivoisement et l'éducation des oiseaux en sont améliorés.

Qu'on le veuille ou non, l'élevage et la vente de perroquets est un business, au même titre que celui des chiens, des chats et des poissons rouges. Cette idée peut déplaire, mais ça demeure néanmoins une réalité avec laquelle il faut composer. Et c'est justement pour cette raison que le taillage des ailes et l'élevage à la main se sont répandus afin d'offrir un produit qui sera susceptible de rejoindre le plus de monde possible.

Les perroquets, de manière générale, sont intelligents et sociaux. Ajoutez à cela que plusieurs sont très colorés et que certains ont des capacités d'imitations vocales étonnantes et vous avez là un animal doté d'un potentiel de domestication attrayant. Le hic, contrairement aux chiens ou aux chats, c'est que ça vole. Ce n’est pas un drame en soi, mais ça vient compliquer drôlement leur apprivoisement. Donc, pour simplifier la chose, on les retire des parents quand ils sont encore très jeunes, puis on commence à les nourrir à la main afin de laisser une jolie empreinte humaine quelque part dans l'hyperstriatum, (moi aussi je vais sur wikipedia, hein). Ensuite, question d'assurer encore plus cet apprivoisement, on leur taille les ailes... Ce faisant, l'oiseau n'a plus beaucoup d'options que d'accepter d'être en contact étroit avec l'humain. À la limite, s'il n'est pas à l'aise dans une situation donnée et à laquelle il ne peut plus échapper, son dernier recours sera de mordre.

Tout ça semble un tantinet négatif et pourtant ça marche. Enfin, ça marche dans la mesure ou les gens s'occuperont convenablement du piaf. Faut pas s'imaginer qu'un [ EAM / ailes coupées ] devient par magie un charmant gentil pioupiou docile et affectueux qui cherche sans cesse votre compagnie si vous ne lui offrez pas des raisons de se comporter de la sorte. Si l'objectif est d'avoir un inséparable comme animal de compagnie, il vous faudra passer du temps avec lui pour établir peu à peu une relation de confiance mutuelle. Il devra sentir qu'il fait partie intégrante de la famille, (colonie), et aussi comprendre ou il se situe dans la hiérarchie. On doit alors faire son éducation sans pour autant briser le lien de confiance. Ça prend du temps et de la patience, avec peut-être, en prime, un certain doigté qui s'acquiert avec l'expérience.

On peut maintenant se poser la question s'il est possible d'arriver au même résultat d'apprivoisement et d'éducation sans avoir recours à l'EAM et au taillage d'ailes. Honnêtement, je ne sais pas. Mais chose sûre, ça doit exiger beaucoup plus de temps, de patience et de doigté. Je pense que Monsieur et Madame Toulemonde ne sont justement pas prêts à s'investir autant pour obtenir des résultats plus ou moins probants. Du coup, on comprend l'intérêt pour l'EAM et la taille d'ailes dans un marché d'animal de compagnie.

Une autre question qu'on peut se poser est de savoir si ces méthodes sont aussi traumatisantes que le laissent entendre ses détracteurs. Ça me parrait évident que d'enlever des oisillons âgés de 2 ou 3 semaines aux parents va les affecter. Dans quelle mesure, c'est plus délicat à juger. Tout comme il est clair que tailler les ailes d'un piou va le perturber d'une façon ou d'une autre. Mais ça reste encore difficile d'évaluer réellement les dommages que ça engendre.

Si je prends chez moi comme exemple, j'ai deux roseicollis. Tous les deux sont EAM.

Dans le premier cas, une Pallidino, elle a été gavée à la seringue dans une animalerie avec peu de socialisation, mais dans un milieu riche en mouvement et en bruit de toute sorte. Elle a les ailes taillées et elle est âgée approximativement de 5 mois.

Dans le deuxième cas, un Turquoise, il a été EAM dans les règles de l'art avec socialisation quotidienne et vol libre dans la maison. Il n'a pas les ailles taillées. Il a 3 mois.

Si je compare les deux, la Pallidino mal socialisée aux ailes taillées, (Colette), est devenue très attachée, voire dépendante, à nous. Elle a un comportement que je qualifierais presque d'exemplaire. Elle ne mord plus du tout et fait même attention de ne pas nous pincer quand nous jouons avec elle à "tire la ficelle". Elle se laisse manipuler parfaitement. Mange à table lors de nos repas du soir en respectant la règle de ne pas sauter au milieu de nos assiettes. Elle n'est pas criarde.

Zébulon, le Turquoise, est surtout attaché à ma femme, mais reste quand même un peu de méfiant. Il n'aime pas trop être manipulé. Il apprécie beaucoup notre compagnie, mais il demeure plus indépendant. Ce n'est pas toujours simple de le faire entrer dans sa cage. Il n'est pas porté à mordre même si parfois il peut nous pincer le cou ou les lobes d'oreilles. Il est très, mais vraiment, très vocal. Il jacasse continuellement. Une vraie pie.

En gros, notre relation humain / oiseau est plus étroite avec le piou qui ne vole pas et un petit peu plus distante avec celui qui vole. C'est logique. Je vois et je comprends les avantages de faire tailler les ailes à un jeune inséparable pour faciliter son éducation et son apprivoisement dans un environnement d'humains. Par contre, je ne vois aucun avantage pour sa sécurité. C'est même le contraire. Quand Zébulon est arrivé chez moi, il a mis quelques jours à établir ses repères dans la maison et il vole depuis ce temps en toute quiétude. C'est un véritable acrobate aérien. Je songe même à le renommer Looping ou Razemotte. Pour Colette qui ne vole pas, je suis toujours inquiet qu'elle se pète la gueule en tombant chaque fois qu'elle est dans un endroit surélevé, table, comptoir, armoire, mobile suspendu... je dois toujours l'avoir à l'oeil. Elle est aussi plus à risque de se faire "écrapoutiller" - alors que la question ne se pose même pas pour Zébulon qui décolle à la vitesse de l'éclair s'il sent sa sécurité menacée.

En conclusion, même s'il existe d'autres alternatives, je ne suis pas contre la pratique de couper les ailes à un jeune inséparable, car il y a des avantages indéniables au niveau de l'éducation et de l'intégration du piou. Mais ça ne devrait pas non plus être fait systématiquement. Si les jeunes perroquets qui sont destinés à devenir des animaux de compagnie dans des foyers familiaux ont besoin d'être éduqués, je crois en revanche que les propriétaires ou les futurs acquéreurs ont eux aussi besoin d'être éduqués. Les éleveurs et vendeurs devraient s'assurer dans la mesure du possible de bien informer les gens qui souhaitent se procurer un inséparable. Je déplore donc la taille d'ailes automatique et le gavage à la main dans la seule optique de faciliter la vente d'oiseaux et d'augmenter les profits.



P.-S.

Est-ce que j'ai battu le record du plus long message sur ce forum Question
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Jeu 24 Mar 2011, 15:54

Bonjour a toi,mon avis si tu veut bien au sujet de la taille des ailes(que je qualifie plutôt de torture,le mot est fort et je le pense)comme tu le souligne dans ton témoignage la sécurité de l'oiseau est remise en question.Pour sois-disant éviter les fuites on taille les ailes,certains tailles tellement court et mal que l'oiseau peut être handicapé.Cela pose de graves problèmes lors des sorties libres,l'oiseau qui a les ailes taillées risque de chuter lourdement et dans ce cas bien souvent les blessures sont très graves et douloureuses.Un oiseau a besoin de voler et c'est a l'homme de s'adapter et non l'inverse,pourquoi vouloir a tout pris dominer un animal ce n'est pas dans sa nature d'être coller a l'homme,je conçoit que l'on veuille être proche de son animal,mais il y a des limites et elles sont franchies lorsque l'on taille les ailes.C'est facile l'oiseau ne peut rien faire d'autre que de subir les manipulations sans pouvoir s'envoler dès que cela le gonfle ou le gène,alors oui pour essayer le MAN pour que l'oiseau ne soit pas trop effrayer par l'homme et qu'il apprécie son contact,mais non pour le soumettre en lui taillant les ailes.Tout est un question de confiance,de patience et de percévérance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Jeu 24 Mar 2011, 16:15

Je comprends ton point de vue Titidu13, mais je ne le partage pas entièrement, car si c'était le cas, je n'aurais simplement pas d'oiseaux chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Jeu 24 Mar 2011, 17:24

avant de répondre au débat, ta Colette, si c'est une femelle elle n'est pas PallidIno, génétiquement c'est impossible...

pour le message le plus long, il y a eu "pire" (notamment un sur les pigments TRES long), après sans que ça soit copier-coller, je pense que t'en as déjà fait des plus long...

pour ton expérience personnel avec tes oiseaux, je ne trouve pas que ça soit comparable et représentatif, dans le sens que les 2 oiseaux n'ont pas forcément eu le même passé, contact avec les humains, chaque oiseau a son caractère propre à la base, ça ne fait depuis le même temps que tu les as...etc

Citation :
Les perroquets, de manière générale, sont intelligents et sociaux. Ajoutez à cela que plusieurs sont très colorés et que certains ont des capacités d'imitations vocales étonnantes et vous avez là un animal doté d'un potentiel de domestication attrayant. Le hic, contrairement aux chiens ou aux chats, c'est que ça vole. Ce n’est pas un drame en soi, mais ça vient compliquer drôlement leur apprivoisement. Donc, pour simplifier la chose, on les retire des parents quand ils sont encore très jeunes, puis on commence à les nourrir à la main afin de laisser une jolie empreinte humaine quelque part dans l'hyperstriatum, (moi aussi je vais sur wikipedia, hein). Ensuite, question d'assurer encore plus cet apprivoisement, on leur taille les ailes... Ce faisant, l'oiseau n'a plus beaucoup d'options que d'accepter d'être en contact étroit avec l'humain. À la limite, s'il n'est pas à l'aise dans une situation donnée et à laquelle il ne peut plus échapper, son dernier recours sera de mordre.

pareil pour certains chiens chats plus ou moins sauvages, qui mordent en dernier recours quand ils ne peuvent pas s'enfuir...


Le fait d'EAM ne simplifie en rien les choses si ça se limite à juste nourir...car l'oiseau une fois sevré devient aussi sauvage qu'un oiseau EPP dont on ne cherche pas à apprioivser comme tu l'a précisé dans ton paragraphe suivant...



Citation :
On peut maintenant se poser la question s'il est possible d'arriver au même résultat d'apprivoisement et d'éducation sans avoir recours à l'EAM et au taillage d'ailes. Honnêtement, je ne sais pas. Mais chose sûre, ça doit exiger beaucoup plus de temps, de patience et de doigté. Je pense que Monsieur et Madame Toulemonde ne sont justement pas prêts à s'investir autant pour obtenir des résultats plus ou moins probants. Du coup, on comprend l'intérêt pour l'EAM et la taille d'ailes dans un marché d'animal de compagnie

Je peux t'assurer qu'on peut arriver au même résultat, j'ai déjà eu des apprivoisés comme j'ai déjà dit sur le forum qui n'ont ni eu les ailes coupées ni eam, que je laissais libre dehors, et qui montaient sur mon doigt quand ils étaient perchés sur un arbre et que je m'approchais assez près (je ne leur avait pas appris le rappel, mais j'avais 10 ans quand je les ai eu) ...

plus tard j'ai récupéré une femelle eam "abandonnée", elle était assez agressive et du coup restée enfermée dans une petite cage...là elle était plus qu'apprivoisée (imprégnée), car j'ai essayé de lui mettre des compagnons, mais elle se prenait pour un humain et ne supportait pas de voir un inséparable (dans une petite cage, ça aurait été carnage assuré pour le nouveau venu, en volière commune, elle était mal à l'aise et venait direct sur moi pour que je la sorte de là)..le problème d'un oiseau comme cela, c'est qu'elle avait besoin de moi tout le temps, quand je m'absentais une semaine, je pense qu'elle devait s'embêter à mort ...mais c'est vrai que c'est plus attachant vu que c'est un oiseau entièrement manipulable ... pas pour autant qu'elle soit obéissante et parfois fallait courir un moment pour la rattrapper dehors ou même dedans d'ailleurs ...

Je comprends ce que tu veux dire par le côté marchand, mais le problème c'est que les marchands et les futurs acquéreurs ne se renseignent pas / ne connaissent pas les besoins psychologiuqes des oiseaux qu'ils vendent/achètent et pensent que l'oiseau qui devient apprivoisé avec ses ailes coupées est heureux, n'a pas besoin de compagnons etc


Citation :
Une autre question qu'on peut se poser est de savoir si ces méthodes sont aussi traumatisantes que le laissent entendre ses détracteurs. Ça me parrait évident que d'enlever des oisillons âgés de 2 ou 3 semaines aux parents va les affecter. Dans quelle mesure, c'est plus délicat à juger. Tout comme il est clair que tailler les ailes d'un piou va le perturber d'une façon ou d'une autre. Mais ça reste encore difficile d'évaluer réellement les dommages que ça engendre.

le fait d'enlever des oisillons aux parents, je ne suis pas sur que ça les affectent énormément, ça dépend si on leur enlève tous les jeunes ou non, mais ça je n'en suis pas vraiment sur...

pour la taille des ailes, au départ c'est vraiment traumatisant pour l'oiseau, le stress d'être une proie facile, et ne pas pouvoir s'échapper..après évidemment quand il s'habitue de force, le stress descend mais ça dépend là encore des sujets...

voilà mon avis lol
Revenir en haut Aller en bas
Ben-Hur
Membre Actif
Membre Actif
avatar

Date d'inscription : 25/02/2010
Nombre de messages : 4057
Nbre d'oiseaux : 30
Age : 43
Localisation : Florac (48)
Profession : Guide Naturaliste, Comportemen
Loisirs : ornithologie, mammalogie, herpethologie, chiens, equitation, peinture, sculpture, nature en général...

MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Jeu 24 Mar 2011, 17:26

Franchement, un oiseau EAM et sociabilisé correctement pourra être autant apprivoisé et éduqué qu'un EAM aux ailes taillées... et çà ne demandera pas plus d'efforts: ailes taillées ou pas, c'est le même travail d'apprivoisement pour le même niveau de résultat, je ne comprend donc pas pourquoi leur couper les ailes: autant acheter un rat!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.3xnature.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 02:42

Ok, je ne savais pas. J'ai fouillé un peu sur le site de Van Abeele et il explique effectivement le pourquoi du comment de la chose. Elle est sexée ADN femelle, mais on distingue une couleur bleu poudre sur le croupion et sous certains éclairages le jaune du corps laisse apparaitre un très léger reflet de vert diffus. Donc, je sais plus.


Citation :
pour ton expérience personnel avec tes oiseaux, je ne trouve pas que ça soit comparable et représentatif, dans le sens que les 2 oiseaux n'ont pas forcément eu le même passé, contact avec les humains, chaque oiseau a son caractère propre à la base, ça ne fait depuis le même temps que tu les as...etc
C'est juste.


Citation :
Citation :
On peut maintenant se poser la question s'il est possible d'arriver au même résultat d'apprivoisement et d'éducation sans avoir recours à l'EAM et au taillage d'ailes[...]
Je peux t'assurer qu'on peut arriver au même résultat, j'ai déjà eu des apprivoisés comme j'ai déjà dit sur le forum qui n'ont ni eu les ailes coupées ni eam, que je laissais libre dehors, et qui montaient sur mon doigt quand ils étaient perchés sur un arbre et que je m'approchais assez près (je ne leur avait pas appris le rappel, mais j'avais 10 ans quand je les ai eu) ...

plus tard j'ai récupéré une femelle eam "abandonnée", elle était assez agressive et du coup restée enfermée dans une petite cage...là elle était plus qu'apprivoisée (imprégnée), car j'ai essayé de lui mettre des compagnons, mais elle se prenait pour un humain et ne supportait pas de voir un inséparable (dans une petite cage, ça aurait été carnage assuré pour le nouveau venu, en volière commune, elle était mal à l'aise et venait direct sur moi pour que je la sorte de là)..le problème d'un oiseau comme cela, c'est qu'elle avait besoin de moi tout le temps, quand je m'absentais une semaine, je pense qu'elle devait s'embêter à mort ...mais c'est vrai que c'est plus attachant vu que c'est un oiseau entièrement manipulable ... pas pour autant qu'elle soit obéissante et parfois fallait courir un moment pour la rattrapper dehors ou même dedans d'ailleurs ...

Je comprends ce que tu veux dire par le côté marchand, mais le problème c'est que les marchands et les futurs acquéreurs ne se renseignent pas / ne connaissent pas les besoins psychologiuqes des oiseaux qu'ils vendent/achètent et pensent que l'oiseau qui devient apprivoisé avec ses ailes coupées est heureux, n'a pas besoin de compagnons etc
On peut voir le même phénomène chez les chiots retirés trop tôt de leur mère puis imprégnés aux humains sans avoir eu l'occasion de socialiser avec d'autres chiens en étant jeune. Une fois adulte, ils deviennent souvent hyper agressif envers leurs congénères et s'identifient eux aussi à des humains. Ce qui occasionne souvent une foule de problèmes, parfois très sérieux. Par contre, un inséparable n'est pas un chien et il faut faire attention quand on compare les deux. Je n'irai pas me balader au parc avec Colette et Zébulon, pas plus que je vais les laisser dans une volière avec d'autres agapornis EPP.

Pour nous, notre maison est leur maison. Ils sont libres comme l'air quand nous y sommes et nous y sommes plutôt souvent. Zébulon vole partout à son gré et nous avons hâte que Colette puisse faire de même. Cet été ils pourront profiter de la cour arrière dans une volière bien à eux. Oui, ce sont des animaux de compagnie. Sont-ils moins heureux que les oiseaux reproducteurs d'élevage ? Que les oiseaux qui se retrouvent dans des concours de beauté (les fashions victims descendants d'une sélection artificielle) ? A la limite, que les oiseaux sauvages et totalement libres dans leur environnement original ? J'avoue que j'éprouve un certain malaise quand j'y pense. Je l'ai déjà mentionné, ce n'est certes pas dans l'état naturel des choses que des oiseaux tropicaux vivent dans des cabanes au Canada. Pourtant, ils n'ont pas l'air malheureux chez nous. J'imagine que c'est faute d'avoir connu mieux.


Citation :
Citation :
Une autre question qu'on peut se poser est de savoir si ces méthodes sont aussi traumatisantes que le laissent entendre ses détracteurs. Ça me parrait évident que d'enlever des oisillons âgés de 2 ou 3 semaines aux parents va les affecter. Dans quelle mesure, c'est plus délicat à juger. Tout comme il est clair que tailler les ailes d'un piou va le perturber d'une façon ou d'une autre. Mais ça reste encore difficile d'évaluer réellement les dommages que ça engendre.

le fait d'enlever des oisillons aux parents, je ne suis pas sur que ça les affectent énormément, ça dépend si on leur enlève tous les jeunes ou non, mais ça je n'en suis pas vraiment sur...

pour la taille des ailes, au départ c'est vraiment traumatisant pour l'oiseau, le stress d'être une proie facile, et ne pas pouvoir s'échapper..après évidemment quand il s'habitue de force, le stress descend mais ça dépend là encore des sujets...

voilà mon avis lol
Je ne doute pas un seul instant que si je coupais les ailes de Zébulon maintenant, même s'il n'a que 3 mois, il stresserait un max et je parierais qu'il deviendrait encore moins manipulable et probablement mordeur. Il a toujours volé, autant chez son éleveur que depuis qu'il est avec nous. Ce serait une vacherie de lui tailler les ailes aujourd'hui. De toute façon, je vois pas pourquoi on ferait ça. Le seul truc un peu pénible c'est qu'il n'est pas toujours enclin à rentrer dans sa cage. Mais généralement, au bout de 5 minutes, il finit par se fatiguer de nous voir courir après lui et il se résigne.

Dans le cas de Colette, ayant grandi dans une animalerie jusqu'à l'âge de 7-8 semaines, elle n'a encore jamais eu l'occasion de gouter au plaisir du vol libre, puisqu'ils lui ont coupé les ailes direct quand on est allé la chercher. On a vraiment hâte que ses plumes repoussent et qu'elle puisse se dégourdir les ailes en volant. Ca va être comme de regarder un enfant faire ses premiers pas, quoi. Je suis aussi curieux de voir si elle deviendra plus indépendante et si elle comprendra rapidement qu'elle sera alors en mesure de ne plus se laisser prendre comme on le fait actuellement pour étirer son temps de liberté hors de la cage... Beaucoup de plaisir en perspective ^^


Merci d'avoir pris le temps de lire et répondre Flo.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 03:13

Ben-Hur a écrit:
Franchement, un oiseau EAM et sociabilisé correctement pourra être autant apprivoisé et éduqué qu'un EAM aux ailes taillées... et çà ne demandera pas plus d'efforts: ailes taillées ou pas, c'est le même travail d'apprivoisement pour le même niveau de résultat, je ne comprend donc pas pourquoi leur couper les ailes: autant acheter un rat!
Pas sûr que ce soit une règle absolue ce que tu affirmes Ben. Si c'est moi qui fais l'EAM je crois qu'effectivement il y a de bonnes chances pour que la continuité d'apprivoisement après le sevrage se fasse très bien sans avoir à tailler les ailes. Par contre, si ce n'est pas moi qui ai fait l'EAM et que je ne sais pas trop comment ça a été fait... lorsque je prendrai possession du jeune piou et que je l'amènerai chez moi, il est bien possible que les choses se corsent. Déjà, il y a changement d'environnement et dépaysement pour l'oiseau. Après, comme l'a dit Flo, chaque sujet peut avoir des caractères assez différents. Je persiste à croire que malgré le stress occasionné, tailler les ailes peut s'avérer, dans certains cas, la moin pire des solutions. Je ne parle évidemment pas de tailler les ailes en permanence, mais seulement entre la période post-sevrage jusqu'à la première mue. C'est peut-être pas l'idéal, mais y'a pas de quoi en faire une tragédie grecque quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 12:42

pour la taille des ailes....ça peut se faire en étant pas trop traumatisant, c'est à dire en laissant les 3 premières rémiges intactes sur chaque ailes et tailler les autres, ainsi l'oiseau peut encore voleter et se diriger, et non tomber comme un caillou quand il essaye de s'envoler...il ne prendra pas d'altitude ou s'épuisera après quelques mètres mais au moins ça évite qu'il puisse se blesser ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 14:54

Je pense que ce débat est plutôt une question d’opinions et de choix. Votre expérience et vos conseils nous ont souvent aidés et les réponses à nos questions ont su nous (me) rassurer et je vous en suis reconnaissante. Smile

Par contre, comme je l’ai déjà dit, ici au Québec (ailleurs je ne le sais pas), nous voulons avant tout des animaux de compagnie. Pas pour les regarder de loin en disant "Ah qu'ils sont beaux!" mais pour pouvoir interagir avec eux en les intégrant chez nous comme un nouveau membre de la famille.

Moi aussi je trouve que le taillage des ailes n’est pas souhaitable en tout le temps. Tout dépend des circonstances comme André l’a expliqué. Un oiseaux comme notre Colette qui n’a jamais volé avant d’arriver chez nous, nous a permis d’avoir un lien beaucoup plus étroit avec elle et que nous n’aurons jamais avec Zébulon. J’en suis sûre malgré tout ce que vous allez me dire. Smile Le fait qu’elle ne vole pas encore et qu'elle soit dépendante de nous pour certains de ses déplacements en hauteur, ne l’empêche pas non plus de vouloir être avec Zébulon. Le contraire, ils se cherchent tout le temps quand un est hors vision de l'autre. Honnêtement, si les ailes ne prenaient pas TROP de temps à repousser, je serais une adepte de cette méthode maintenant que j’ai pu comparer les avantages et désavantages dans les deux cas. Colette est calme et complètement en confiance avec nous et son environnement. Zébulon lui, est indépendant et nerveux. Au moindre bruit inattendu ou une approche un peu plus brusque il sursaute et s’envole. Il n’est pas en confiance contrairement à Colette.

Pour le reste et sans vouloir vos vexer, je pense que des fois vous êtes en contradiction dans certains de vos propos et positions. J’explique :

Contre acheter des oiseaux en animalerie : La question que je vous pose à vous les éleveurs est la suivante : D’où viennent les animaux que sont en vente dans les animaleries? Plus précisément vous faites quoi avec touts les oisillons que ne sont pas beaux à vos yeux et que vous ne voulez pas garder? J’ose espérer que vous ne les tuez pas…

Contre le EAM / Contre les ailles taillées : Pourquoi avoir des oiseaux (plein dans certains cas) en volière sans pouvoir les approcher? Quoi l’intérêt sinon que pour faire du commerce? Ils ne seraient pas plus heureux de pouvoir voler à leur guise dans la nature? Dans ce cas précis pour moi c’est la même chose que les oiseaux aux ailles taillées que vous critiquez. Vous les laissez "voler" mais dans un espace TRÈS restreint car malgré la grandeur de vos volières les pauvres ne peuvent pas aller très loin. À quoi leur sert les ailles alors? Shocked

Concours de "beauté" : Je ne sais pas trop pour les oiseaux, mais normalement les concours d’animaux demandent beaucoup de préparation : bains, séchages, "brossages", déplacements, cages restreintes, bruit, mouvement, manipulation, est-ce que tous les facteurs mentionnés ne sont pas stressants pour l’oiseau? Sont-ils heureux lors de ces événements?

Voilà mon opinion et réflexion sur vos positions concernant certains sujets. Je pose des questions précises afin de vos démontrer que dans le fond un oiseau pour être vraiment heureux devrait être tout simplement libre dans la nature. Peut-être que je ne connais rien sur les "pigmentations", la "pureté de la race" ou comment EAM des bébés mais malgré mon manque d'expérience et de connaissances je suis capable au moins d’analyser certains de vos propos. Je ne veux surtout pas m’attirer les foudres mais plutôt vous dire que malgré tout je suis convaincue que mes deux oiseaux EAM, (un acheté en animalerie et avec les ailles coupées) sont aussi heureux ou même plus que les vôtres. Very Happy

(Heu.. je vous avez déjà dit que je vous aimais? ) green

PS : AHHHHHHHHHHHHHHHHHHH! Pendant que j’écrivais ce message, l’animalerie a téléphonée pour me donner le résultat du test ADN de "Zébulon" : C’est une femelle!!!! No


Dernière édition par Aida le Ven 25 Mar 2011, 16:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 15:24


- Houston, nous avons un problème !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 15:40

Heu.. oui, nous avons un problème si c'est vrai que deux femelles ensemble risquent de s'entretuer.... No

Pour l’instant si leurs chicanes ne vont pas plus loin, ça serait vivable pour elles. Mais selon les lires, c’est la période hormonale qui pourrait déclencher le chaos. Je fais appel une fois de plus à l’expérience de nos amis pour leur demander si selon leur vécu c’est vraiment vrai que deux femelles ensemble dans la même cage ne seront jamais capable de vivre en harmonie….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 16:28

2 femelles peuvent aussi bien s'entendre que se détester ... Pour du long terme vaut mieux que la cage soit très grande...

Pour le reste je reviendrais sur certain points plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 16:38

1m x 1.25m x 2m - C'est la volière que j'envisage me procurer.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 16:53

Il y a de l'espoir alors... Smile C'est pendant la période hormonale qu'on va pouvoir savoir si elles vont s'aimer ou se détester ou si le fait qu'elles s'entendent quand même assez bien bien ensemble en ce moment peut nous donner des indices positifs?

Pour la cage, oui, même avant de savoir le sexe de Zébulon, nous avions déjà pensé de se procurer une volière plus grande. (photo dans le message d'André) Celle que nous avons en ce moment est normalement très adéquate pour deux oiseaux, mais je l'ai "remplie" avec pas mal de jouets afin qu'ils ne s'ennuient pas pendant qu'on est au travail, donc sur le coup l'espace a diminué. Je préféré acheter une énorme volière que diminuer leurs jouets... hihihi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 25 Mar 2011, 23:57

Je reviens sur tes dires Aida



Citation :
Par contre, comme je l’ai déjà dit, ici au Québec (ailleurs je ne le sais pas), nous voulons avant tout des animaux de compagnie. Pas pour les regarder de loin en disant "Ah qu'ils sont beaux!" mais pour pouvoir interagir avec eux en les intégrant chez nous comme un nouveau membre de la famille.

Pas besoin de tailler les ailes ou EAM pour interagir avec son oiseau, je vais expliquer pourquoi plus tard, bien que si on fait cela correctement, je suis d'accord que ça aide

Citation :

Moi aussi je trouve que le taillage des ailes n’est pas souhaitable en tout le temps. Tout dépend des circonstances comme André l’a expliqué. Un oiseaux comme notre Colette qui n’a jamais volé avant d’arriver chez nous, nous a permis d’avoir un lien beaucoup plus étroit avec elle et que nous n’aurons jamais avec Zébulon. J’en suis sûre malgré tout ce que vous allez me dire. Smile Le fait qu’elle ne vole pas encore et qu'elle soit dépendante de nous pour certains de ses déplacements en hauteur, ne l’empêche pas non plus de vouloir être avec Zébulon. Le contraire, ils se cherchent tout le temps quand un est hors vision de l'autre. Honnêtement, si les ailes ne prenaient pas TROP de temps à repousser, je serais une adepte de cette méthode maintenant que j’ai pu comparer les avantages et désavantages dans les deux cas. Colette est calme et complètement en confiance avec nous et son environnement. Zébulon lui, est indépendant et nerveux. Au moindre bruit inattendu ou une approche un peu plus brusque il sursaute et s’envole. Il n’est pas en confiance contrairement à Colette.


Avantage pour toi qui veut que ton oiseau dépende de toi... Je ne suis pas extrémiste anti-coupe aile ou EAM mais je peux te prouver qu'il y a d'autres moyens d'y arriver... Si tu parcours la section apprivoisement, tu verras une vidéo où un oiseau sauvage d'un an et demi juste acheté me monte sur la main et se laisse carresser après moins d'une heure a m'occuppé de lui...j'ai pas poussé l'expérience beaucoup plus loin, car pas assez de temps et mon but n'est pas de l'apprivoiser, mais je suis sur qu'en quelques jours, semaines, j'en faisait un oiseau super apprivoisé... Et là, j'ai un jeune qui se retrouve seul avec moi et j'arrive à le prendre dans sa cage sans qu'il bouge et se laisse câliner, voire s'endort sur moi, ce qui prouve qu'il est en confiance...


Citation :
Pour le reste et sans vouloir vos vexer, je pense que des fois vous êtes en contradiction dans certains de vos propos et positions. J’explique :

Contre acheter des oiseaux en animalerie : La question que je vous pose à vous les éleveurs est la suivante : D’où viennent les animaux que sont en vente dans les animaleries? Plus précisément vous faites quoi avec touts les oisillons que ne sont pas beaux à vos yeux et que vous ne voulez pas garder? J’ose espérer que vous ne les tuez pas…

Je crois pas que quiconque tuent ses jeunes même si ils ne sont pas terrible, ils font toujours le bonheur de personnes qui veulent des oiseaux sans forcement avoir de jeunes...Ça m'est arrivé de vendre en animalerie, mais pas forcement les plus "moches", loin de là, parfois on a besoin de place et aucun particulier proche ne s'intéresse à ce qu'on a à proposer...

Citation :
Contre le EAM / Contre les ailles taillées : Pourquoi avoir des oiseaux (plein dans certains cas) en volière sans pouvoir les approcher? Quoi l’intérêt sinon que pour faire du commerce? Ils ne seraient pas plus heureux de pouvoir voler à leur guise dans la nature? Dans ce cas précis pour moi c’est la même chose que les oiseaux aux ailles taillées que vous critiquez. Vous les laissez "voler" mais dans un espace TRÈS restreint car malgré la grandeur de vos volières les pauvres ne peuvent pas aller très loin. À quoi leur sert les ailles alors? Shocked

Concours de "beauté" : Je ne sais pas trop pour les oiseaux, mais normalement les concours d’animaux demandent beaucoup de préparation : bains, séchages, "brossages", déplacements, cages restreintes, bruit, mouvement, manipulation, est-ce que tous les facteurs mentionnés ne sont pas stressants pour l’oiseau? Sont-ils heureux lors de ces événements?

Ici tu détournes le débat initial, en te" déculpabilisant" en pensant que les oiseaux en volières sont moins " heureux" que les tiens...mais pourquoi pas ...personnellement j'ai beaucoup d'oiseaux, parce que j'aime ça, les différentes couleurs, la joie de voir des jeunes dans les nids(ou déception de ne pas en avoir)...et je ne penses que mes oiseaux soient plus malheureux que les tiens dans des volières dont la plus restreinte fait 1m de large x 3m de long x 2m30 de haut pour 8 oiseaux...(j'ai aussi des couples en box où là je l'accorde les dimensions sont restreintes mais ce sont pas toujours les mêmes enfermés là dedans)...

Tu parles de faire voler dans la nature, mais certains oiseaux préfèrent leurs volières (pas tous) vu qu'ils ont tout ce qu'il faut à dispo, et ayant échappé un certain nombre en pas mal d'années, je les ai presque tous récupèrés car ils restaient sur la volière...aussi dans leurs volières ils sont (en théorie ) protégés de leurs prédateurs, ont la nourriture et l'eau à disposition...et aussi mes apprivoisés ont vécu en pleine liberté dehors... ce qui n'est pas le cas de tout le monde je te l'accorde ...

Pour les concours, je n'en fait pas mais comme tu dis ça demande de la préparation et ce n'est pas pire que de couper les ailes, car après quelques jours en général l'oiseau n'a plus peur des gens qui s'approchent à quelques cm de lui même si il doit bien s'embêter dans sa petite cage de concours mais bon ça ne dure que quelques jours...

Voilà mon opinion et réflexion sur vos positions concernant certains sujets. Je pose des questions précises afin de vos démontrer que dans le fond un oiseau pour être vraiment heureux devrait être tout simplement libre dans la nature. Peut-être que je ne connais rien sur les "pigmentations", la "pureté de la race" ou comment EAM des bébés mais malgré mon manque d'expérience et de connaissances je suis capable au moins d’analyser certains de vos propos. Je ne veux surtout pas m’attirer les foudres mais plutôt vous dire que malgré tout je suis convaincue que mes deux oiseaux EAM, (un acheté en animalerie et avec les ailles coupées) sont aussi heureux ou même plus que les vôtres. Very Happy

(Heu.. je vous avez déjà dit que je vous aimais? ) green

PS : AHHHHHHHHHHHHHHHHHHH! Pendant que j’écrivais ce message, l’animalerie a téléphonée pour me donner le résultat du test ADN de "Zébulon" : C’est une femelle!!!! No [/justify]
[/quote]
Citation :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 00:05



Pour moi c'est plutôt une grande cage ou à la limite une petite volière...toujours mieux qu'une petite cage quand ils se retrouvent enfermés...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 13:27


Je pense que nous pourrions argumenter sur le sujet pendant des pages et des pages sans jamais arriver à un accord. C’est ce qu’on appel un débat, mais souvent les débats n’aboutissent en rien, chacun des participants gardant leur opinion personnelle sur les sujets discutés et c’est correct. Smile

Normalement je suis assez ouverte d’esprit pour accepter la vision et opinions des autres, principalement quand leur savoir dépasse le mien, mais dans ce cas précis je me suis exprimée en toute honnêteté et avec un peu de frustration aussi je l’avoue, en constatant votre radicalité et critique facile sur des méthodes utilisés différents des vôtres.

Entre toi et moi, les théories avancées sur le bienêtre ou les "traumatismes" que les oiseaux sont susceptibles de subir parce qu’ils ont été "gavés", enlevés de leurs parents trop jeunes, ou parce que les méchants humains les ont taillé leurs ailles les empêchant ainsi de voler "librement", ne restent que des suppositions car les certitudes nous ne les aurons jamais, à moins que tu me dises que tes oiseux ont manifesté leur désaccord par ces méthodes pendant tes rêves. Very Happy

Ceci veut dire que chaque communauté a ses habitudes et qu’il faut les respecter et éviter de critiquer les différences même si nous ne sommes toujours pas capable de les comprendre. Au Québec le taillage des ailes est courant pour les raisons (bonnes ou pas) mentionnées dans les messages précédentes. Il ne faut pas oublier non plus que cet "handicap" est temporaire. Les ailes repoussent et l’oiseau va pouvoir voler par la suite. Je peux te garantir, (même si elle ne me l'a jamais dit Wink ) que Colette ne semble pas du tout traumatisée parce qu’elle ne vole pas encore. Comme je l’ai mentionnée, elle est très calme, enjouée et bien dans son environnement. Elle est très proche de nous, mais aussi de Zébulon (heu… va falloir changer son nom maintenant qu’on sait que c’est une femelle) donc je me dis que Colette a eu un "accident" ou si tu préférés, a subi une "agression" d'un humain et que ses "jambes" ont été cassées. J'en prends soin du mieux que je peux, elle va "guérir" et un jour elle va pouvoir enfin voler et découvrir avec plaisir tous les recoins en hauteur de la maison.
flying
/Kiss


Dernière édition par Aida le Dim 27 Mar 2011, 02:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 13:33


Heu... peut-être Flo, mais je ne peux pas avoir plus grand que ça dans la maison. N'oublie pas que nous ne pouvons pas avoir des volières extérieures à l'année longue comme vous. Nos oiseaux risqueraient de devenir des bibelots de glace hihihi. Le jour qu'un de mes fils quittera la maison, je leur donnerait sa chambre! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 15:19

Pour la grande cage, ce n'était pas une critique, juste une constation objective...

Pour l'EAM, je suis pas un extrémiste, je l'ai déjà pratiqué ( pour sauvetage), le taillage des ailes ça me dérange plus mais bon je fais pas de scandale quand j'en vois...mais je trouve ça inutile pour apprivoiser, je trouve le challenge plus interressant d'apprivoiser un oiseau EPP...le jeune que j'ai en ce moment est presque plus docile que mon EAM de cet été qui est retourné en volière pour trouver une femelle à son goût..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 15:51

Je n'ai pas pris le commentaire sur la cage comme une critique non plus Flo, mais plutôt comme un oubli de ta part de nos conditions météorologiques. Rien ne me ferais plus de plaisir que de pouvoir offrir à mes oiseaux le soleil, la chaleur et la "liberté" de l'extérieur. Malheureusement rendus à la fin du mois de mars nous avons encore de la neige et des températures négatives comme aujourd'hui :


À court terme ça ne s'améliore pas non plus :



Faut attendre encore un certain temps (toujours imprévisible) avant que la chaleur arrive... No
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 17:10



Je vois ça ni comme une petite volière ou une grande cage, mais plutôt comme une salle de repos ou de jeux quand nous ne sommes pas là. Finalement, c'est leur chambre à eux. Sinon, ils ont tout le loisir d'être en liberté dans la maison plusieurs heures par jour à tous les jours. Donc, je ne crois pas qu'ils manquent d'espace. Enfin, on est certes loin de la savane africaine, mais bon...

La principale différence est que pour nous, ce sont des animaux de compagnie, au même titre que chiens ou chats. C'est un choix qu'on a fait et qu'on assume. Compte tenu de notre âge, de notre mode de vie bien tranquille, du fait que nous sommes propriétaires d'une maison assez spacieuse et que nos deux enfants ont maintenant 17 et 18 ans; disons que c'était une décision réfléchie. Certes, une aventure aussi, car nous ne connaissions rien aux perroquets, mais on s'est informé comme on pouvait et aujourd'hui on ne s'en passerait plus.

Après, la notion de vouloir savoir si lse oiseaux sont plus heureux en liberté dans la nature, en grande volière avec leurs congénères ou en tant qu'animaux de compagnie dans un foyer familial... chacun a son opinion, mais je dirai simplement, que nos deux inséparables m'ont l'air bien serein.

Pour le taillage des ailes, ça ne fera jamais non plus l'unanimité. Contrairement à ma femme, je ne trouve pas que le débat est inutile ou stérile, mais que ça donne l'occasion à chacun d'exprimer ses points de vue et aussi, possiblement, changer un peu par la suite notre façon de voir les choses à travers les expériences de tout le monde.

Pour moi, une taille d'ailes légères dans la période post-sevrage jusqu'à la première mue est tout à fait acceptable pour facilité l'apprivoisement et l'éducation d'un inséparable destiné à vivre en liberté dans un milieu familial comme chez nous. Je ne dis pas que c'est obligatoire et qu'il n'y a pas d'autre façon de faire, mais je ne vais pas crucifier sur la place publique les gens qui ont recours à cette méthode.

Il y a des choses plus déplorables à dénoncer. J'y reviendrai dans un autre sujet Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 17:18


Hein ? C'était pas supposé devenir mon bureau et ma salle d'ordinateurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 17:53

Heu... avant d'avoir pensé à la donner aux oiseaux, je l'avais destinée comme ma 2e chambre. Comme ça le lit serait toujours fait et en plus je pourrais aller dormir en paix quand tes ronflements nocturnes me dérangeraient trop. green

Ne t'inquiète pas mon amour, si nous sommes chanceux, les 2 enfants partiront de la maison au même temps et leurs chambres deviendront les nôtres : la plus petite pour toi et la plus grande pour moi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Ben-Hur
Membre Actif
Membre Actif
avatar

Date d'inscription : 25/02/2010
Nombre de messages : 4057
Nbre d'oiseaux : 30
Age : 43
Localisation : Florac (48)
Profession : Guide Naturaliste, Comportemen
Loisirs : ornithologie, mammalogie, herpethologie, chiens, equitation, peinture, sculpture, nature en général...

MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Sam 26 Mar 2011, 18:06

Si votre chambre actuelle devient alors la volière des pious, çà sera nickel pour eux... green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.3xnature.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Dim 27 Mar 2011, 01:59

Ça non quand même! Notre volière conjugale est sacrée! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Lun 12 Mar 2012, 17:51

C'est un vieux sujet et en plus je n'ai pas de roseicollis, mais j'ai quand même envie d'y mettre mon grain de sel smoker

Ma calopsitte EAM s'est cassé l'aile en décembre (il revole maintenant très bien, ouf) et j'ai pu voir grandeur nature à quel point un oiseau privé soudainement de vol peut être traumatisé et se mettre à avoir peur dans des situations où il était tout à fait zen avant. La taille, c'était déja non avant ; mais maintenant c'est devenu tout à fait impensable.

Concernant la sécurité : on n'enfile pas des gants de boxe à un enfant pour qu'il ne mette pas les doigts dans la prise... on sécurise les prises.

Concernant l'apprivoisement (bien sûr, je suis consciente que les calos sont des oiseaux "faciles") : mon eam a été merveilleusement bien sociabilisé, c'est une perle, je n'ai jamais eu de souci avec lui. Par contre, mes epp ont toujours refusé le contact avec moi du temps où ils vivaient par couple en cage et que je faisais tout pour les apprivoiser. Ils n'avaient pas peur, mais m'ignoraient royalement, ils voulaient être ensemble, point barre. Je ne les trouvais pas épanouis, alors je les ai tous mis en volière (3m x 1,5m) dans une pièce à part, en me disant "tant pis, ils seront plus heureux sans moi.." et là, paf, changement radical de comportement, je suis devenue leur attraction préférée. C'est simple, je ne peux pas rentrer dans la volière sans avoir mon EAM + 2, 3 voire tous mes epp sur les épaules Laughing

Pourquoi je raconte ça? Parce que je suis persuadée que c'est en montrant aux oiseaux qu'on les respecte et qu'on leur laisse le choix (espace, congénères, possibilité de voler) qu'ils apprennent le plus facilement à faire confiance, une vraie confiance gagnée et non volée. Si on se donne la peine d'atteindre cette étape de confiance sans forcer l'oiseau (j'admets qu'au début c'est un peu chaotique, ça ne tombe pas tout cuit dans la bouche), la taille des ailes est tout simplement superflue.

Je suis d'accord avec ceux qui ont dit qu'avoir des oiseaux de volière sans aucune interaction avec l'homme, c'est peu intéressant (je comprends aussi qu'on puisse vouloir élever pour élever mais j'en suis incapable). Personnellement, j'ai envie de croire que vie en volière avec des congénères et possibilité de reproduire est compatible avec apprivoisement, sorties dans le salon et câlins. Je crois que le concept plait bien à mes oiseaux, d'ailleurs Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Lun 09 Avr 2012, 15:44

La taille des ailes , selon moi , est une pratique idiote qui traumatise et met en danger les oiseaux . Un oiseau qui ne peut s'enfuir a peur , mord car il ne peut s'enfuir , se casse le bréchet car il ne peut se rattraper quand il tombe ou au contraire s'enfuit car ses humains le penser incapable de voler alors qu'il est surtout incapable de contrôler ce don que lui a fait la nature .

" c'est pour sa sécurité " comment un oiseau peut être en sécurité s'il ne peut fuir le danger ? Je pense que c'est surtout bien pratique de manipuler un animal qui est incapable de fuir..pourtant c'est tellement mieux quand c'est l'animal qui prend l'initiative de venir vers nous .

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   Ven 26 Juil 2013, 08:39

Meme si ce poste est vieux je tient juste a demander car il y a une semain j ai acheter en animalerie deux roseicollis sois disant EAM mais je me rend contre qu ils sont extremement peureux pour des EAM et aussi j ai vu qu ils ne volais a tres courte distance et qu ils se cassais la figure par la suite apres j'ai des nigrigenis qui savent voler eux et sa me fais de la peine de ne pas voir voler eux et mes nigrigenis oui combien de temps cela met pour que les ailes repoussent ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense   

Revenir en haut Aller en bas
 
Taille d'ailes et EAM - Ce que j'en pense
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des inséparables :: Le forum des inséparables :: EAM - Elevage A la Main-
Sauter vers: